Le phénomène des « coureurs de niqab » prend de l’ampleur à Ndjamena 3


3319999568_685efce8b4_o

Le Tchad est un pays où plus de la moitié de la population est de confession musulmane. Il n’y a donc pas de problème légal avec le port du voile, comme en est le cas d’autres pays tel que la France. Les femmes sont soit intégralement, partiellement ou pas voilées, selon l’éducation reçue et les milieux qu’elles fréquentent. Néanmoins, le port du voile intégral est prisé des femmes issues des quartiers nord de N’Djamena, la capitale tchadienne. A défaut de voir leurs jupons, les Don Juan N’Djamenois sont devenus des véritables coureurs de niqab au grand dam des religieux.

La dépravation des mœurs est en train de prendre une ascendance au Tchad. Une fois de retour de l’étranger où ils vont pour les études, les jeunes ont du mal à se réintégrer au sein de leur milieu d’origine dont ils méprisent, dans la plupart des cas, certaines pratiques. « Quand je demande que les gens se lavent les mains avant de manger, ils me trouvent très occidental», se lamente Ahmed un ami rentré de Tunisie. « Les gens de mon quartier me tueraient si je me mettais en pantalon jeans sans me voiler comme à New York » se plaint Samira.

Les filles, on dirait des ninjas

Il y a des jeunes qui se sont rendus dans des pays où ils ont vécu seuls, responsables d’eux-mêmes. Des jeunes musulmans qui dans leur liberté ont connu la saveur de l’alcool, des boîtes de nuit, du sexe hors mariage… Au retour, il est difficile de se cloîtrer dans des zones où le bar le plus proche est à 5 km. Impossible aussi d’admirer le visage d’une personne du sexe opposé. Les filles sont toujours masquées, on dirait des ninjas, hommes et femmes vivent séparés et la surveillance parentale est de mise. Telles sont les mœurs à observer. Des mœurs qui devraient pourtant protéger les couches vulnérables de la société qui sont les femmes et les enfants, mais qui ont fini par les détruire.

Le tabou est devenu synonyme de pudeur détériorant ainsi l’éducation et le savoir-vivre en société. L’éducation sexuelle n’est quasiment pas abordée en famille. Les filles ne sont pas autorisées à aller à l’école, ce qui fait souvent naître en elle un mal terrible :  l’oisiveté. Le niqab qu’elles portent sous l’emprise de leurs parents et/ou époux, sans trop souvent connaître le bien-fondé, n’est pas pour elles synonyme de pudeur et de chasteté. Elles se laissent séduire chez elles en l’absence de leur proche. Les Don Juan ont tout compris et s’élancent dans des pratiques très ingénieuses qui vont du fait de se faire passer pour des « clandomens1 » jusqu’à jouer la personne égarée dans le dessein de voir qu’est-ce qui se cache derrière ces « rideaux noirs ».

Dans cette quête passionnée, ils n’épargnent rien. Femmes au foyer, sœurs des amis, amies des sœurs… Chacune des voilées  sacrifie sa pudeur sur l’autel des pulsions. De leur côté, les jeunes hommes semblent avoir pris goût aux femmes portant le niqab. L’entreprise semble bien prospérer en ce moment, seul l’avenir nous dira la suite.

The following two tabs change content below.
@legeekdusud
Administrateur Systèmes et Réseaux, Humanitaire, Geek par moment 😉 Hobbies: #webdesign, #infographie, #communication come from #Chad #Tchad

@legeekdusud

A propos de @legeekdusud

Administrateur Systèmes et Réseaux, Humanitaire, Geek par moment ;) Hobbies: #webdesign, #infographie, #communication come from #Chad #Tchad


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Le phénomène des « coureurs de niqab » prend de l’ampleur à Ndjamena

  • pascaline
    pascaline

    Intéressante réflexion… En Egypte, on disait que les femmes en Niqab faisait autant fantasmer les hommes (voir plus) car ils ne voyaient pas justement… Se cacher pour éviter les regards inquisiteurs et parfois gênants, mais en rentrant dans le jeu de ceux qui les portent, ou se montrer en combattant ce conservatisme mais en s’y soumettant … Il y a aussi la question religieuse bien sûre, et les milles et unes raisons qui poussent chaque femme voilée à le faire, et à quelle proportion. On ne peux pas réduire leur geste à la volontée de se soustraire du regards des hommes. On ne peux pas juger, car chacun est à une place différente, et a un vécu différent aussi. On ne peux pas juger mais essayer de comprendre, un maximum. Ces femmes qui se voilent entièrement, mais aussi ces hommes qui les courtisent, allant parfois jusqu’au harcèlement. Merci pour cet article qui contribue, à son niveau, à cette compréhension.

    • @legeekdusud
      @legeekdusud Auteur du billet

      Merci Pascaline, pour ton commentaire qui vient plutôt éclaircir mon papier 🙂 Effectivement, on ne peut se borner au fait que ces femmes se voilent rien que pour se soustraire des regards des hommes et d’ailleurs le fait qu’elle se voile ne fait qu’attirer les hommes… Bien évidement qu’au d’là des préjugés, il faut se placer haut pour essayer de les comprendre. Merci pour ton commentaire.