Hip-Hop : Anonyme nous offre le must de l’année 5


Anonyme Micfighter, le sage guerrier du micro, n’a pas qu’une seule corde à son arc. Médecin le jour, talentueux artiste de musique urbaine le soir, le jeune homme a un cœur de philanthrope. Son plus grand rêve : affranchir ceux qui n’ont pas de voix et surtout la femme de la servitude conjugale, plus particulièrement celle du Sahel, celle des «terres arides» dont il est originaire.

Jacket de l'album

Jacket de l’album

Anonyme, à l’état civil Magloire Tampélé, est né il y a 28 ans à Ndjamena. Passionné de musique, il tenait à lancer un album prometteur. Il y – a mit son temps, son amour, son génie et « Chroniques des terres arides » s’annonce être le meilleur album hip-hop de l’année au Tchad.

Ma première rencontre avec ce battant remonte à l’été 2003 au centre Emmanuel de Ndamena, un centre catholique où se rendent lycéens et collégiens, une vraie école de champions et de cadres. Des cours de vacances y étaient organisés et nous étions tous les deux inscrits aux cours préparatoires de la terminale. Nous aimions tous les deux les quelques rares auteurs tchadiens ayant publié localement des romans ou des recueils de nouvelles… Nos favoris étaient Marie-Christine Koundja pour son roman Al-Istifakh ou l’Idylle de mes amis, Ali Abderrahmane Haggar pour Les mendiants de l’espoir et surtout Nimrod pour Les jambes d’Alice. Nous allions ensemble à quelques concerts et déjà il manifestait une grande passion pour la musique.

Notre bac en poche, en quête d’opportunités, Magloire s’est retrouvée à Conakry en Guinée et moi à Bangui en Centrafrique.

Deux années plus tard, j’ai retrouvé via internet celui qui se faisait désormais appeler Anonyme, « un nom fidèle à ma volonté de rester humble et engagé dans le combat en faveur du citoyen lambda souvent ignoré », dit-il. Il avait déjà plusieurs enregistrements à son actif : des singles remarquables comme ‘’Mon trésor’’ en feat avec le maestro tchadien, le défunt Diego Ngaradé, et ‘’Fils d’Afrique’’ avec Demonix dont un clip vidéo, le premier de sa carrière.

Avec «Chronique des terres arides » il signe un album riche en couleurs. Pas moins de 17 titres : une  véritable randonnée dans le quotidien, les réalités, les saveurs, les rues des villes et villages africains. Plus besoins de souligner que l’inspiration est riche des belles influences musicales qui vont des variétés soul, reggae, rap, acoustiques aux rythmes africains auxquels il voue une grande passion.

Connu pour son discours d’apôtre de paix et d’unité, Anonyme s’est entouré pour cette production de jeunes et excellents collaborateurs venus de toute l’Afrique et même de France : pas moins de 15 nationalités.

̏Ikogo ̋ le premier single extrait de l’album est une invitation à sourire en langue Ngambaye du Tchad, une invitation à la joie adressée à la femme africaine. Un hommage à celle qu’on aime pour ses innombrables vertus. Un sublime morceau aux influences afro pop et house conçu avec le jeune et talentueux beatmaker ZO de Brain studio de Douala avec des partitions Bass du très connu Jabar Bass.

« Chroniques des terres arides »est sans doute l’album à recommander vivement à tous les jeunes d’Afrique et du monde assoiffé de réussite, d’unité, de progrès et de pensées positives. Pour moi, c’est un must !

The following two tabs change content below.
@legeekdusud
Administrateur Systèmes et Réseaux, Humanitaire, Geek par moment 😉 Hobbies: #webdesign, #infographie, #communication come from #Chad #Tchad

@legeekdusud

A propos de @legeekdusud

Administrateur Systèmes et Réseaux, Humanitaire, Geek par moment ;) Hobbies: #webdesign, #infographie, #communication come from #Chad #Tchad


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Hip-Hop : Anonyme nous offre le must de l’année