Education


6
Ali Khoudar est un jeune mondoblogueur de 24 ans étudiant en informatique et adepte des logiciels libres. Insatiable bosseur, pour son projet de fin de premier cycle, il a bien voulu travailler sur un sujet plus consistant que de « configurer des serveurs », qui pour lui est un exercice facile et du déjà vu, dont il ne voit pas vraiment la valeur ajoutée.

@DocteurTux lance une plateforme d’apprentissage par SMS


Depuis deux semaines, la capitale tchadienne est perturbée par de mouvement de contestations lancé par des lycéens. A l’origine, une décision imposant le port des casques aux motocyclistes. Les arguments avancés contre cette décision sont la flambé des prix des casques, la chaleur, et les risques de contamination. La manifestation est arrivée à son point culminant le 09-03-15, où les lycéens se sont mobilisé par SMS pour un grand mouvement afin de contraindre le gouvernement de revenir sur sa décision. La réaction des forces de l’ordre a été disproportionnée. Les quartiers Ardep-djoumal, Kabalaye et Moursal se sont vu quadrillé par la police qui a lancé à tout vent des bombes lacrymogènes, arrêté des lycéens et aurait même tiré à balle réelle. Bilan : un mort (un jeune étudiant en Droit, Hissein Daouda), de nombreux blessés et un bus universitaire incendié.

Tchadiens indignez-vous, indignez-vous de ces policiers inhumains !


1
En Centrafrique, le coup d’Etat du 24 Mars 2013 a entraîné beaucoup de désordre. Le secteur de l’éducation n’était pas mis de côtés, sinon il en était l’un des plus touchés. Le calendrier des examens a subi de grands chamboulements au grand dam des élèves qui rêvaient continué les études à l’extérieur. Au Tchad, à côtés, les résultats du bac sont tombés tôt, une moisson bien maigre. Moins de 9% d’admis. Les pêcheurs dans l’eau trouble, les « cancres du Tchad », ont eu la merveilleuse idée de venir se rattraper à Bangui, au pays où tout est possible.

Tchad/RCA: Des tchadiens à l’afflux du baccalauréat centrafricain