Viol


1
Haute de ses 17ans, Zouhoura est une belle fille hamra* comme on le dit ici. Ceux qui l’a connaissent la décrivent comme une fille gentille, innocente et souriante. Oumar, un de ses voisins dit d’elle : « C’est une vraie folle avec plein de joie de vivre… Et comme toute fille de son genre, elle est fière d’elle et ne se laisse pas faire. Sûrement c’est à cause de ces qualités qu’ils l’ont qualifiés d’Achamané** afin de justifier leurs lâches besognes ». Elève en terminale au complexe Hec Tchad, Zouhoura a été enlevé en se rendant au Lycée par un groupe de six jeunes hommes, de 20 ans en moyenne. L’enlèvement serait orchestré avec la complicité (sous chantage) d’une de ses camarades. Ils l’ont emmené par la suite jusqu’au quartier Guinebor où ils l’ont séquestré, dénudé et violer. Pendant leur sale besogne, ils ont fait des photos et vidéos, qu’ils ont par la suite fait circuler sur les réseaux sociaux au grand dam de la pudeur de Zouhoura. Des images qui m’ont fendu le cœur au point de me demander de quelle jungle sorte ces « sous-hommes » ? Ce jour-là, Zouhoura est rentrée chez ses parents à 19h, heure locale. Ces derniers l’avaient recherché sans succès après qu’ils aient été alertés par sa camarade, témoins de l’enlèvement. La police a été saisie de l’affaire sans mettre la main sur les délinquants.

Zouhoura, symbole des femmes violées au Tchad