@DocteurTux lance une plateforme d’apprentissage par SMS

Ali Khoudar est un jeune mondoblogueur de 24 ans étudiant en informatique et adepte des logiciels libres. Insatiable bosseur, pour son projet de fin de premier cycle, il a bien voulu travailler sur un sujet plus consistant que de « configurer des serveurs », qui pour lui est un exercice facile et du déjà vu, dont il ne voit pas vraiment la valeur ajoutée. En tant que membre du collectif WenakLabs, il a décidé d’y faire incuber un projet, qui a vu sa concrétisation le 22 février 2015. Il s’agit de Nomad Learning V1.0, une plateforme d’apprentissage par SMS.

Lancement système de SMS-Learning by @WenakLabs « @legeekdusud: Comment s’inscrire sur #NomadeLearning pic.twitter.com/s3kydNrHgh » #GeeksDsables

— Djimtebaye Mamadou (@mamadou) 1 mars 2015

En novembre 2014, quand Ali cherchait un sujet à développer pour valider son diplôme d’ingénieur des travaux en informatique, il s’est d’abord fixer pour objective de travailler sur un système open source. En plus de cela il voulait concevoir un projet qui pouvait avoir à l’immédiat un impact socio-éducatif. Dans un premier temps, il a voulu développer une application sous androïd; mais l’idée ne l’enchantait pas trop. « La majeure partie des Tchadiens ont des téléphones de première génération, que feront-ils d’une application orientée Smartphone ? » Se demandait le jeune blogueur. « Chaque jour nous recevons des lots de SMS publicitaires qui ne nous servent à rien, pourquoi ne pas utiliser les SMS pour apprendre et mettre en même temps les gens en réseau » ; disait DocteurTux (comme je l’ai surnommé) qui venait par-là de trouver son sujet. Un projet qu’il baptisera très rapidement Nomad Learning, du fait que les personnes qui s’y inscriront vont apprendre en toute mobilité.

Le jeune @DocteurTux de @WenakLabs lance sa plateforme d’apprentissage par #SMS #Tchad @airteltchad @tigotchad pic.twitter.com/emxctz4pIX

— ASSANI Salim Azim (@legeekdusud) 1 mars 2015

Deux mois s’écoulent sans que le jeune ne puisse trouver les outils nécessaires à la réalisation du projet. En janvier 2015, avec le concours de quelques-uns de ses amis du WenakLabs, il arrive à rassembler les outils nécessaires à la conception de son projet. L’idée est affinée, elle constituera à mettre en place une sorte de forum utilisant des putchs SMS, fonctionnement à travers des questions-réponses qui sont modérées par des super utilisateurs. Pour bénéficier de la plateforme, il faut s’inscrire au…



Tchadiens indignez-vous, indignez-vous de ces policiers inhumains !

Depuis deux semaines, la capitale tchadienne est perturbée par de mouvement de contestations lancé par des lycéens. A l’origine, une décision imposant le port des casques aux motocyclistes. Les arguments avancés contre cette décision sont la flambé des prix des casques, la chaleur, et les risques de contamination. La manifestation est arrivée à son point culminant le 09-03-15, où les lycéens se sont mobilisé par SMS pour un grand mouvement afin de contraindre le gouvernement de revenir sur sa décision. La réaction des forces de l’ordre a été disproportionnée. Les quartiers Ardep-djoumal, Kabalaye et Moursal se sont vu quadrillé par la police qui a lancé à tout vent des bombes lacrymogènes, arrêté des lycéens et aurait même tiré à balle réelle. Bilan : un mort (un jeune étudiant en Droit, Hissein Daouda), de nombreux blessés et un bus universitaire incendié.



Rebelote, le port du casque pour les motocyclistes s’impose à N’Djamena !

En 2012, lorsque pour la première fois le port des casques était rendu obligatoire pour les motocyclistes, la décision semblait être bien accueillie au sein de la population N’Djamenoise qui pourtant s’en est vite lassé à cause de l’acharnement, pour ne pas dire du racket, de la Brigade de la Circulation Routière. Un peu plus d’une année plus tard la décision qui imposait le port du casque a été levé pour des raisons de sécurité, à cause de la menace Boko-Haram, au grand bonheur des motocyclistes qui en voulaient à mort Ahmat Bachir, le ministre de l’intérieur d’à lors. Deux ans plus tard, le 1er Mars 2015, une décision remet en vigueur l’obligation du port des casques pour les motocyclistes. Une bonne décision mal tombée au sein d’une population mal sensibilisée. Questionnement autour d’une décision qui pouvait faire partir mon pays en fumée.

Bus incendié lors des manifestations du 09-03-2015 – Image publié sur le mur facebook de Sabre Naïdeyam

Nous sommes le Dimanche 1er Mars 2015, pour une seconde fois, une décision obligeant le port des casques aux motocyclistes entre en vigueur. Une décision qui est loin de faire l’unanimité des N’Djamenois. « Aujourd’hui, on vous oblige de porter votre casque, demain on vous l’interdit, après demain on vous oblige de nouveau, je ne respecterais pas cette décision (…) » Se lamente Innocent, un jeune motocycliste du quartier Moursal. Un peu plus loin deux jeunes motards en plein allure zigzaguent l’Avenue Mobutu afin d’échapper aux policiers qui tentent sans succès de les arrêter. Il est donc clair que les motocyclistes ont été mal sensibilisés sur l’importance du port des casques, et en plus ils dénoncent déjà une raison de plus pour les policiers d’opérer des rackets. La question qui se pose sur toutes les lèvres est pourquoi oblige-t-on le port du casque qui était pourtant interdit à cause des rumeurs qui laissaient entendre que des terroristes de Boko-Haram pouvaient se cacher derrière les casques pour ne pas se faire identifié ? Des raisons, tout le monde voulaient en avoir car la majeur partie des motocyclistes sont d’accord que le casque est pour eux une protection, mais pourquoi l’imposer et en faire une priorité pour la police, pendant que plusieurs quartiers de la capitale sont laissée à la merci des malfrats de tout genre.

Alors, le port du…



Stev’N-T : « ma musique est un miroir… »

Stev’N-T décrit sa musique comme étant le reflet de la société. « Ma musique est une sorte de miroir dans lequel tout le monde peut se regarder et voir ce qu’il est » explique l’artiste qui se veut humble, car incapable de porter un jugement sur quiconque ni de servir d’exemple. Un regard timide, un corps svelte, un comportement altruiste… tant de simplicités entourent ce jeune homme qui enfouit pourtant en lui d’immenses projets et qui quand l’occasion lui ai permis s’exprime avec éloquence et liberté. Dès son jeune âge, il s’engage aux cotés de l’AJAC (Association Jeunesse Anti-Clivage) en 1998. Une association de la société civile tchadienne qui milite pour éradiquer les stigmates de la sanglante guerre civile de 1979 au Tchad, la cohabitation Nord-Sud, et la pacification du pays tout entier.



Resistance-by-Jihad

« Moi Djihadiste » : lettre à un Djihadiste

Moi Djihadiste, je serais musulman, je serais barbu, je porterais des patanlons qui ne depasserons pas mes chevilles, je serais salafiste, je serais radicaliste, jeserais tout l’amalgamme que le monde actuel me qualifiera,… mais je resterais tout d’abord un homme.



Dix raisons de détester Ndjamena

Ndjamena, la ville qu’on aime de loin. Telle est la description que certains de mes compatriotes donnent à la ville capitale tchadienne. Une ville qui est prête à offrir aussi bien sa chaleur climatique que sa chaleur humaine au premier étranger qui la foule des pieds. Par ici, la cordialité entre autochtones n’est pas de mise, contrairement aux étrangers qui jouissent de toutes les marques de sympathie. Néanmoins, voici une liste de 10 raisons qui vous fera, cher lecteur, détester la «ville repos».



SITIC 2014 : les trois bonnes questions d’Idriss Deby Itno à propos de Jerry

La cérémonie d’ouverture du SITIC (discours des Chefs d’État, des organisateurs…) a pris plus de deux heures. L’ensemble de l’événement était couvert en direct par l’ONRTV (Office National de Radiodiffusion et Télévision Tchadienne). Les chefs d’État ont ensuite procéder à la visite des stands dont celui d’ADIL et du JerryClan. Encore pour des raisons de sécurité, le nombre des exposants était limité, deux au maximum par stand. Abdelsalam SAFI, membre du JerryClan, a du affronter seul, les trois présidents pour répondre à leur préoccupation. Voici donc les trois questions pertinentes que le président tchadien a posé pour comprendre l’idée qui se cache derrière Jerry, des questions rapportées par AbdelsAlam SAFI, auxquelles je me permet de répondre.



WenakLabs forme les journalistes aux techniques du blogging et à l’utilisation des réseaux sociaux

La Maison des médias du Tchad a abrité, le samedi 23 août 2014, une formation organisé par WenakLabs, un collectif regroupant les Mondoblogueurs tchadiens et les membres du JerryClan Tchad. Dans sa politique de la formation de masse, le collectif veut inculquer la culture numérique à l’ensemble de la population tchadienne, et cet objectif ne saura se réaliser sans l’apport des hommes de médias.



JerryClan-Tchad sera présent au Salon International des TIC de N’Djamena

JerryClan-Tchad a vu le jour en Avril 2014 à N’Djamena. JerryClan regroupe l’ensemble des communautés qui partage les valeurs du projet Jerry Do It Together, qui a pour vocation première l’ouverture et la démocratisation des savoirs . La mision de JerryClan Tchad est de faire vivre l’aventure du développement local de Jerry et enrichir les connaissances communes de Jerry Do It Together . C’est dans cette optique que nous, les JerryClaners tchadiens comptons participer au prochain Salon International des Technologies de l’Information et de la Communication, afin de marquer notre territoire.

Logo de Jerry

Pour votre rappel, Un Jerry, c’est un ordinateur que l’on monte soi-même avec des objets récupérés et du matériel informatique (carte mère, processeur, disque, etc.) assemblés dans un bidon de 20 litres, sur lequel on fait tourner une application open source (logiciel libre de droit utilisateur) . La communauté tchadienne qui s’est formée autour du Jerry n’a cessé de grandir après sa rencontre avec WenakLabs, un collectif d’acteurs du web qui tend à se transformer en une start-up. Les réalisations de la communauté vont aussi croissante allant des conférences au workshop en passant par la mise en place de cybercafé low-cost, avec à la clé, plusieurs projets en gestation.

Marqué en lettre d’or leur présence

Pour sa participation à ce premier événement de grande envergure dans le domaine des TIC au Tchad, JerryClan et le collectif WenakLabs (qui regroupe Mondoblogueurs et JerryClaners) comptent marqué en lettre d’or leur présence en proposant deux jerries (pluriel de Jerry) comme poste de travail à l’ADIL (Association pour le Développement de l’Informatique Libre au Tchad) et ISOC Tchad (Chapitre Tchadien de l’Internet Society). Une façon pour eux de montrer combien cet ordinateur issu de récupération peut être efficace en tant que simple poste de travail. Des mini workshops sont prévus sur l’ensemble des quatre journées que se tiendra le salon.

Un projet qui tient à cœur

Pour donner une valeur ajoutée à Jerry, et surtout mettre en évidence la connotation sociale de ce « bidon magique », la mise en place…



Hip-Hop : Anonyme nous offre le must de l’année

Anonyme Micfighter, le sage guerrier du micro, n’a pas qu’une seule corde à son arc. Médecin le jour, talentueux artiste de musique urbaine le soir, le jeune homme a un cœur de philanthrope. Son plus grand rêve : affranchir ceux qui n’ont pas de voix et surtout la femme de la servitude conjugale, plus particulièrement celle du Sahel, celle des «terres arides» dont il est originaire.



Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE