Stev’N-T : « ma musique est un miroir… »

Stev’N-T décrit sa musique comme étant le reflet de la société. « Ma musique est une sorte de miroir dans lequel tout le monde peut se regarder et voir ce qu’il est » explique l’artiste qui se veut humble, car incapable de porter un jugement sur quiconque ni de servir d’exemple. Un regard timide, un corps svelte, un comportement altruiste… tant de simplicités entourent ce jeune homme qui enfouit pourtant en lui d’immenses projets et qui quand l’occasion lui ai permis s’exprime avec éloquence et liberté. Dès son jeune âge, il s’engage aux cotés de l’AJAC (Association Jeunesse Anti-Clivage) en 1998. Une association de la société civile tchadienne qui milite pour éradiquer les stigmates de la sanglante guerre civile de 1979 au Tchad, la cohabitation Nord-Sud, et la pacification du pays tout entier.



Resistance-by-Jihad

« Moi Djihadiste » : lettre à un Djihadiste

Moi Djihadiste, je serais musulman, je serais barbu, je porterais des patanlons qui ne depasserons pas mes chevilles, je serais salafiste, je serais radicaliste, jeserais tout l’amalgamme que le monde actuel me qualifiera,… mais je resterais tout d’abord un homme.



Dix raisons de détester Ndjamena

Ndjamena, la ville qu’on aime de loin. Telle est la description que certains de mes compatriotes donnent à la ville capitale tchadienne. Une ville qui est prête à offrir aussi bien sa chaleur climatique que sa chaleur humaine au premier étranger qui la foule des pieds. Par ici, la cordialité entre autochtones n’est pas de mise, contrairement aux étrangers qui jouissent de toutes les marques de sympathie. Néanmoins, voici une liste de 10 raisons qui vous fera, cher lecteur, détester la «ville repos».



SITIC 2014 : les trois bonnes questions d’Idriss Deby Itno à propos de Jerry

La cérémonie d’ouverture du SITIC (discours des Chefs d’État, des organisateurs…) a pris plus de deux heures. L’ensemble de l’événement était couvert en direct par l’ONRTV (Office National de Radiodiffusion et Télévision Tchadienne). Les chefs d’État ont ensuite procéder à la visite des stands dont celui d’ADIL et du JerryClan. Encore pour des raisons de sécurité, le nombre des exposants était limité, deux au maximum par stand. Abdelsalam SAFI, membre du JerryClan, a du affronter seul, les trois présidents pour répondre à leur préoccupation. Voici donc les trois questions pertinentes que le président tchadien a posé pour comprendre l’idée qui se cache derrière Jerry, des questions rapportées par AbdelsAlam SAFI, auxquelles je me permet de répondre.



WenakLabs forme les journalistes aux techniques du blogging et à l’utilisation des réseaux sociaux

La Maison des médias du Tchad a abrité, le samedi 23 août 2014, une formation organisé par WenakLabs, un collectif regroupant les Mondoblogueurs tchadiens et les membres du JerryClan Tchad. Dans sa politique de la formation de masse, le collectif veut inculquer la culture numérique à l’ensemble de la population tchadienne, et cet objectif ne saura se réaliser sans l’apport des hommes de médias.



JerryClan-Tchad sera présent au Salon International des TIC de N’Djamena

JerryClan-Tchad a vu le jour en Avril 2014 à N’Djamena. JerryClan regroupe l’ensemble des communautés qui partage les valeurs du projet Jerry Do It Together, qui a pour vocation première l’ouverture et la démocratisation des savoirs . La mision de JerryClan Tchad est de faire vivre l’aventure du développement local de Jerry et enrichir les connaissances communes de Jerry Do It Together . C’est dans cette optique que nous, les JerryClaners tchadiens comptons participer au prochain Salon International des Technologies de l’Information et de la Communication, afin de marquer notre territoire.

Logo de Jerry

Pour votre rappel, Un Jerry, c’est un ordinateur que l’on monte soi-même avec des objets récupérés et du matériel informatique (carte mère, processeur, disque, etc.) assemblés dans un bidon de 20 litres, sur lequel on fait tourner une application open source (logiciel libre de droit utilisateur) . La communauté tchadienne qui s’est formée autour du Jerry n’a cessé de grandir après sa rencontre avec WenakLabs, un collectif d’acteurs du web qui tend à se transformer en une start-up. Les réalisations de la communauté vont aussi croissante allant des conférences au workshop en passant par la mise en place de cybercafé low-cost, avec à la clé, plusieurs projets en gestation.

Marqué en lettre d’or leur présence

Pour sa participation à ce premier événement de grande envergure dans le domaine des TIC au Tchad, JerryClan et le collectif WenakLabs (qui regroupe Mondoblogueurs et JerryClaners) comptent marqué en lettre d’or leur présence en proposant deux jerries (pluriel de Jerry) comme poste de travail à l’ADIL (Association pour le Développement de l’Informatique Libre au Tchad) et ISOC Tchad (Chapitre Tchadien de l’Internet Society). Une façon pour eux de montrer combien cet ordinateur issu de récupération peut être efficace en tant que simple poste de travail. Des mini workshops sont prévus sur l’ensemble des quatre journées que se tiendra le salon.

Un projet qui tient à cœur

Pour donner une valeur ajoutée à Jerry, et surtout mettre en évidence la connotation sociale de ce « bidon magique », la mise en place…



Hip-Hop : Anonyme nous offre le must de l’année

Anonyme Micfighter, le sage guerrier du micro, n’a pas qu’une seule corde à son arc. Médecin le jour, talentueux artiste de musique urbaine le soir, le jeune homme a un cœur de philanthrope. Son plus grand rêve : affranchir ceux qui n’ont pas de voix et surtout la femme de la servitude conjugale, plus particulièrement celle du Sahel, celle des «terres arides» dont il est originaire.



Isoc -Tchad met en place un IPv6 Task Force à N’Djamena

Isoc-Tchad a pour mission la vulgarisation d’internet au Tchad. Dans cette foulée, il compte à son actif plusieurs réalisations, dans ce pays où seulement 1,2% de sa population est connecté. L’une des priorités du Chapitre Tchadien de l’Internet est de stimulée la fourniture de contenu en ligne sur le Tchad. «Si on veut crédibiliser les données que nous fournissons, il faudrait qu’on commence à utiliser le .td dans nos noms de domaines. Ce n’est pas normal que la présidence de la république utilise .org dans son nom de domaine». Lance tour indigné AbdelJelil Bachar Bong, Coordonnateur de la toute jeune IPv6 Task Force Tchad.



3319999568_685efce8b4_o

Le phénomène des « coureurs de niqab » prend de l’ampleur à Ndjamena

Le Tchad est un pays où plus de la moitié de la population est de confession musulmane. Il n’y a donc pas de problème légal avec le port du voile, comme en est le cas d’autres pays tel que la France. Les femmes sont soit intégralement, partiellement ou pas voilées, selon l’éducation reçue et les milieux qu’elles fréquentent. Néanmoins, le port du voile intégral est prisé des femmes issues des quartiers nord de Ndjamena, la capitale tchadienne.



Dix manières de reconnaître un blog tchadien

Le fossé numérique au Tchad est criant. L’acquisition de la fibre optique est effective, mais son opérationnalisation tarde à venir. Les internautes tchadiens n’ont pas une culture numérique assez développé, une grande masse ne se connecte qu’à travers de terminaux mobiles. La fièvre des médias sociaux n’épargne pourtant ce pays où seulement 1,9%  de sa population a accès à internet. Profitant de la neutralité du support (internet), une infime partie des tchadiens profitent du blogging pour exprimer leurs points de vue sur le web. Un exercice pas de tout repos, car il faut savoir faire part entre liberté d’expression et respect de l’éthique. Voici une liste de dix «indicateurs» qui vous permettront de reconnaitre un blog tchadien.

10 points clés pour reconnaître un blog tchadien | Create Infographics

1-     Alimenté depuis l’extérieur

Sur un échantillon de 10 blogs sectionnés au hasard, six blogs tchadiens sur dix sont mis à jour hors du Tchad.

2-     Politico-militaire

Le Tchad est un pays qui a connu plusieurs coups d’Etat, le dernier en date et certainement le plus médiatisé reste celui du 02 Février 2008. Des rebelles venus de l’Est du pays, ont failli de peu renverser l’actuel Chef d’Etat, le président Idriss Déby Itno, mais finalement, ils ont connu un en échec. Depuis plusieurs mouvement rebelles se sont muent en partie politique pour certains, d’autres ont pris le chemin de l’exil d’où ils voient du blogging un espace d’expression. Aujourd’hui 50% des blogs tchadiens sont tenus par des politico-militaires.

3-     Ça parle de Déby à l’extrême (tant en bien qu’en mal)

Les tchadiens aiment parler de leur président sur Internet, si on se fie aux données que j’ai collecté. 60% des blogueurs tchadiens sont extrêmement pro-Déby ou anti-Déby. De fois ils vont dire des futilités qui ne font même pas du débat politique. Par exemple, en quoi intéresserait les tchadiens quand Déby va rendre visite à telle ou telle autre de ses femmes?

4-     Copier/Coller (Plagiat)

Des dépêches d’agences de presse reprises par des blogueurs, des billets repris en même temps sur plusieurs blogs le scénario qui semble être le propre de tous les blogueurs tchadiens n’est pourtant pas partager par la majorité…